Rentrée 2021 : nouvelle saignée des DHG !

Les organisations SNES-FSU, SNUEP-FSU, SNEP-FSU, SNFOLC, SNETAA-FO,  SUD éducation et CGT Educ’Action dénoncent les 156 suppressions de postes de la rentrée 2021. A Paris, à la rentrée prochaine, le second degré perdra 2070 h de cours : une baisse sans précédent. En collège, ce seront 468 heures supprimées soit 26 postes au moins à la rentrée prochaine, un total de 800 heures depuis septembre 2020 et 44 postes retirés : des dédoublements, des groupes de langues vivantes et de langues anciennes supprimés. Les UPE2A perdent des heures, alors que le ministre de l’Education nationale parle de l’inclusion comme d’un enjeu majeur.

Alors que les lycées généraux et technologiques perdront 758 heures soit 42 emplois, ce sont 303 élèves de plus à prévoir pour la rentrée 2021. Cela s’ajoute aux 750 heures perdues en 2020. En deux ans, plus de 1500 heures ont été supprimées soient 90 emplois dans les lycées parisiens ! L’objectif de la réforme du lycée est bien de faire en sorte d’adapter les moyens d’enseignement à un cadre budgétaire d’austérité appliqué à l’Education nationale. Les LP et SEP perdent 738 heures tandis que les SEGPA et EREA perdent 108 heures soit un total de 846 heures, l’équivalent de 47 postes. Les CPGE sont également touchées par les baisses de DHG. A l’unanimité, nos organisations ont voté contre ces baisses inacceptables en Comité Technique Académique.

Des classes surchargées, des conditions d’apprentissage des élèves dégradées, une offre de formation diminuée, des personnels épuisés. Et tout cela dans un climat sanitaire anxiogène, alors que la scolarité des élèves est toujours marquée par la pandémie.

L’intersyndicale SNES-FSU, SNUEP-FSU, SNEP-FSU, SNFOLC,
SNETAA-FO, SUD Education, CGT Educ’Action
appelle les collègues à rejeter les DHG en CA, à lister les besoins,
à se rassembler devant le rectorat mercredi 3 février à 14 heures
pour être reçus en audience et exprimer leurs revendications.